Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/08/2010

Nos commentaires sur l'itinéraire, au retour de la rando vélo Flandres-Pyrénées

Les grandes lignes de l’itinéraire

Descriptif: Partis de l’agglomération de Lille le samedi 26 juin 2010, près de la frontière belge, nous sommes passés près de la première sœur (l’avant-dernière), et avons fait une photo souvenir sur la Grand Place de Lille. Nous avons ensuite rallié la région parisienne (près de chez Mickey), en 4 étapes, pour rendre visite à la deuxième sœur (l’ainée).

Nous avons ensuite repris la route pour passer chez des amis (2 étapes). Nous avons ensuite fait route vers Blois en empruntant les rives de la Loire à Orléans (encore 2 étapes). Là, nous avons passé la nuit chez notre oncle et avons rejoint nos amis qui nous accompagnaient jusqu’au Périgord.

Nous avions ensuite 5 étapes pour rejoindre le Périgord pour nous rendre à un mariage entre normands

Une étape de plus pour nous rendre chez la sœur n°3 (deuxième dans l’ordre des naissances) pour une étape reposante.

Enfin, nous avons rejoint la région de Tarbes en 5 étapes, pour terminer notre périple chez la 4ème sœur, cinquième et dernière de la fratrie (il n’y a pas de féminin à ce mot pour désigner une descendance de 5 sœurs). Nous sommes arrivés le samedi 17 juillet.

Kilométrage: Finalement, nous avons parcouru 1222 kms de route, 1300 kms avec les crochets, les détours, les courses, les visites et les hésitations. Nous avons mis 22 jours pour relier le départ et l’arrivée. Nous avons réalisé le parcours en 19 étapes de 50 à 70 kms, 65 en moyenne (une exception pour les 2 dernières étapes que nous avons parcourues en une seule). Nous avons pris 3 journées de repos complets, y compris celle du mariage.

Choix des routes: Il a été dicté par le choix des étapes pour la nuit, par l’intérêt touristique des routes, des paysages, des villes et villages traversées, par les dénivelés, par le souhait de longer les rivières plutôt que de passer d’une vallée à une autre, par le choix délibéré d’éviter les grosses agglomérations, et de s’interdire les nationales et grosses départementales.

Finalement, comme grandes villes, nous avons traversé Lille (10 ème ville de France avec 185 000 habitants, mais métropole de 1,2 millions d’habitants), Orléans (32 ème ville de France avec 113 000 habitants), Blois (131 ème ville de France avec 49 000 habitants). En région parisienne, la plus grosse ville traversée fut Melun (190 ème ville de France avec 36 000 habitants).

Nous avons roulé dans 19 départements différents, soit en moyenne un par jour. Les deux départements où nous avons roulé le plus : la Seine et Marne et la Dordogne (nous y sommes d'ailleurs restés pendant 6 jours). Nous sommes rentrés dans 8 régions sur les 22 de France métropolitaine.

Nos coups de coeur: La région des Etangs de Brenne dans l'Indre (36) et la frontière du Limousin et Poitou-Charente (département de la Charente (16) et Haute-Vienne (87). Nous retournerions volontiers dans le Lot et Garonne (47) et le Gers (32) pour découvrir d'autres villages, villes, campagnes et profiter de la gastronomie régionale.

Nous avons également beaucoup apprécié la traversée des départements moins exotiques pour nous : le Pas de Calais, la Somme et l'Oise vus autrement que de l'Autoroute A1. Pour nous  gens du Nord, ce n'est pas une découverte, mais on ne l'ébruite pas trop car il y aurait trop de monde ;-) !

L'Ile de France, c'est pas mal aussi, si on s’écarte bien de Paris : il y a encore beaucoup de campagne !

En pratique : vous pouvez voir notre itinéraire présenté dans le blog, par les liens avec google maps (zoom, déplacement sur la carte, en format plan ou vue). En partant de cet itinéraire, vous pouvez l’adapter pour vous et l’enregistrer pour vos propres besoins. Prenez l’option « piéton » pour éviter les autoroutes, mais attention, modifiez l’itinéraire si vous voulez éviter les chemins de terre.

En cliquant sur chaque mot "Tronçon", vous aurez la carte de Google

Tronçon 1 : 262 kms
   Mouvaux (59 Nord bien sûr) - Lille - Boiry-Notre-Dame (62 Pas de Calais)) entre Arras et Douai
   Boiry - Voyennes (80 Somme) près de Ham
   Voyennes - Pierrefonds (60 Oise)
   Pierrefonds - Bussy St Georges (77 Seine et Marne)

Tronçon 2 : 226 kms
   Bussy St Georges (77 Seine et Marne) - Milly-la-Fôret (91 Essonne)
   Milly - Arbouville (28 Eure et Loir) près RN 20
   Arbouville - Orléans - St Ay (45 Loiret)
   St Ay - Francillon (41 Loir et Cher) près de Blois

Tronçon 3 : 345 kms
   Francillon - Nouans les Fontaines (37 Indre et Loire) - Ecueillé (36 Indre)
   Ecueillé- Le Blanc (36 Indre)
   Le Blanc - Peyrat de Bellac (87 Haute Vienne)
   Peyrat de Bellac - Videix (87 Haute Vienne)
   Videix - Cherval (24 Dordogne) au Nord-ouest de Périgueux

Tronçon 4 : 55 kms

  Cherval - Savignac les Eglises (A l'Est / Nord-Est de Périgueux)

Tronçon 5 : 334 kms
   Savignac les Eglises - Limeuil (24 Dordogne)
   Limeuil - Villeneuve sur Lot (47 Lot et Garonne)
   Villeneuve sur Lot - Castéra-Verduzan (32 Gers)
   Castéra-Verduzan - Miélan (32 Gers)
   Miélan - Barbazan-Debat (65 Hautes Pyrénées) près de Tarbes

 Voir le précédent   Voir le départ de la randonnée

Nos vélos dans le TGV SNCF au retour de notre rando vélo Flandres - Pyrénées

Nous avons prévu un aller à vélo, et un retour en train

Nous avions réservé notre retour Tarbes – Lille en train à la SNCF, directement aux guichets, pour être sûrs d’avoir des places avec nos vélos NON DEMONTES. Même à la SNCF, tous les agents d’accueil dans les gares et tous les contrôleurs dans les trains ne connaissent pas les ressources des trains. Pour vous renseigner sur le site internet de la Sncf, il y a un pictogramme « vélo » en face de chaque train qui accepte les vélos. … Mais attention le nombre de places est limité !

Si vous ne précisez pas « vélo non démonté », les agents de la Sncf risquent de vous proposer tout simplement de transporter les vélos, démontés et dans une housse. Ce n’est évidemment pas la même solution !

Dans le train TGV Tarbes – Paris que nous avons pris, il y a place officiellement pour 2 vélos, juste à côté de vos places assises, dans la voiture 1. Ces 2 vélos prennent la place de 4 strapontins, fauteuils que l’on relève soi-même (voir le dessin explicatif très clair). De ce fait, il faut avoir réservé vos billets-vélos pour être en droit de déloger d’éventuelles personnes qui occuperaient ces places.
En réalité, à Lourdes, 2 autres cyclistes sont montés dans la même voiture de tête, avec aussi 2 réservations de vélo. Nous avons pu tasser 3 vélos. Le 4ème est resté dans le couloir, gênant un peu les allers et venues. De ce fait, le contrôleur a rédigé un rapport à sa Direction, pour manifester sur le fait que la Sncf réservait trop de billets vélo simultanément. Ceci dit, ce contrôleur ne s’en est pas du tout pris à nous ou à nos bicyclettes.

Dans le train TGV Paris – Lille, c’est plus simple, il y a un box avec 4 crochets pour les vélos.

Le billet : Pour un billet de train pour le vélo, on a payé un supplément de 10 euros (juillet 2010). C’est un forfait par vélo, par trajet et par train, si le train accepte les vélos non démontés, et si vous réservez des places assises pour vous. Si vous faites TARBES – LILLE avec un changement à PARIS, vous payez 20 euros par vélo, 10 pour Tarbes – Paris, et 10 pour Paris – Lille.

Quelques conseils

- Pour être à l’aise avec l'horaire en prenant le train, prévoyez le temps de montage et démontage des sacoches. Notez aussi que c’est vous-mêmes qui montez et fixez les vélos dans le train. Notez que pour descendre les bicyclettes, il faut laisser sortir tous les passager d’abord, pour ne pas les gêner !

- Prévoyez que dans la gare, l’itinéraire le plus court passe parfois par un escalier impossible à emprunter avec un vélo chargé ! Exemple : A la Gare Montparnasse à Paris, il faut prendre l’ascenseur entre les quais et la rue. On a fini par en trouver un, tout petit, qui ne permettait de ne transporter qu’un vélo à la fois ! … et il faut partager l’ascenseur avec les poussettes et les fauteuils roulants. Résultat : 10 minutes d’attente, mais cela aurait pu être encore plus long !
A la Gare du Nord à Paris, à Tarbes ou à Lille, les quais sont au même niveau que la rue.

- Changement de gare à Paris : Connaissant assez bien Paris, nous avons mis 30 minutes de la Gare Montparnasse à la Gare du Nord. Nous n’avons pas hésité, et avions un plan de Paris. De plus, c’était à une heure de faible circulation (14h / 14h30 fin juillet). Si vous ne connaissez pas Paris ou s’il y a beaucoup de trafic, prévoyez facilement 30 minutes de plus !

- En final, nous avons mis 45 minutes pour aller de la Gare Montparnasse à la Gare du Nord :
   5 minutes pour descendre les bicyclettes du train de Tarbes et remonter les sacoches
   10 minutes pour trouver et prendre l’ascenseur
   30 minutes pour le trajet de Gare à Gare
Nous disposions d’une heure et 15 minutes. Nous étions donc à l’aise.

- A Paris, les cyclistes roulent dans les couloirs de bus et taxis, également empruntés par des scooters. On n’est jamais trop prudent ! Mieux vaut attendre à un feu rouge qu’attendre l'ambulance !

Voir le précédent   Voir la suite   Voir le départ de la randonnée

Les grands débats sur le matériel de randonnée à vélo

Oui, en préparant notre randonnée Flandres - Pyrénée 2010, nous avons consulté des forums pour établir nos choix de matériels. Voici notre propre point de vue avant la randonnée et qui a été conforté pendant la randonnée.

Débat trouvé dans les forums de randonnée cycliste : Compteur ou pas compteur ?

The winner is … « pas compteur ». Nous n’en avions pas pris !

Le compteur pour la vitesse instantanée, c’est bien sur le plat, ou dans les petites descentes. En revanche, le compteur dans les passages les plus durs, c’est-à-dire dans les montées en plein soleil, ce doit être décourageant, car il ne doit pas tourner très vite. Dans les grandes descentes, il faut se concentrer sur la sécurité, sur l’état de chaussée, et sur le prochain virage, et peut importe qu’on roule à 30 km/h, à 40 ou plus encore.

Le compteur pour connaître les distances parcourues à mi-journée, à l’étape, ou en cumul, ce n’est pas un élément primordial, quand on a préparé son itinéraire, ou si on sait lire une carte routière. On peut toujours reconstituer les cumuls de kms à la maison sur internet, avec google maps, mappi, viamichelin, calculitineraire.free …

Si maintenant, vous êtes un fan de vitesses, de records, si vous êtes plutôt « vélo » que « bicyclette » comme dirait Philippe Delerm (*), alors, c’est à vous de choisir ! 
(*) http://mondalire.pagesperso-orange.fr/fatext49.htm

Débat trouvé dans les forums de randonnée cycliste : GPS ou pas GPS ?

The winner is … « pas GPS ». Nous n’en avions pas !

Nous avons opté pour la carte routière traditionnelle, Michelin 1/200 000 ème, 1 cm = 2 kms. Nous les avons détachées d’un album de cartes routières un peu démodé de 1999 (pensez à en acheter chez Emmaüs ou dans une brocante). Cela représente une vingtaine de cartes, c’est léger. La carte routière, c’est pratique pour se situer, pour préparer le trajet, pour choisir ses routes en fonction des très riches informations pratiques, touristiques et géographiques qu’elles comportent. On y voit les rivières, les zones vertes (donc ombragées), parfois les campings, les grosses côtes ou descentes, les zones industrielles à éviter …

Deux faiblesses cependant, faiblesses que l’on transforme en avantages :
- Dans les grandes villes, les cartes sont imprécises : Suivez dans ce cas les panneaux routiers en évitant de vous retrouver sur les voies rapides, périphériques et autres autoroutes. Pour cela, passez par les « centre ville », c’est plus sûr, plus beau, plus distrayant, et vous passerez toujours devant l’office du tourisme, et la plus belle église de la ville !
- En rase campagne, dans les toutes petites routes sans nom, ce n’est pas toujours facile : dans ce cas, utilisez la boussole, ou mieux, demandez votre chemin ! Les gens sont sympas, et aiment vous renseigner. Profitez-en pour vous renseigner sur les informations locales (camping, commerces, baignades, fêtes, concerts, …) ou sur le dénivelé pour choisir un itinéraire ou un autre !

Si maintenant, vous voulez parcourir un maximum de kms en un minimum de temps, l’œil rivé sur le GPS…  à vous de choisir !

Débat trouvé dans les forums de randonnée cycliste : Réchaud ou pas réchaud ?

The winner is … « réchaud ». Nous en avions un, et nous l’avons emporté !

Le rechaud a gaz.JPGAvantage : l’autonomie pour toutes les boissons chaudes, y compris les potages, pour réchauffer une boite, pour un bolino … à emporter avec un briquet, une gamelle hyper-légère en alu, son couvercle et son manche. Anticipez l’achat de la recharge !
En saison plus fraiche, c’est encore plus indispensable.

Arguments des anti-réchauds ;
- le poids … bof !
- On peut toujours demander à son voisin de camping : et si on veut partir tôt, comment fait-on ?
- On va au bistrot ou en chambre d’hôte, ou à l’hôtel, ou chez les amis ou dans la famille : dans ce cas, OK !

Débat trouvé dans les forums de randonnée cycliste : Sacoches ou remorque ?

Sacoche de guidon - Sacoche triple AR et Sac.JPGThe winner is … « sacoches », mais c’est juste notre choix ! Nous n’avions ni les unes, ni l’autre. Nous avons préféré les sacoches non étanches, pour avoir un investissement plus faible ! Et en dehors du voyage, cela prend moins de place dans le garage.
Les affaires craignant la pluie étaient emballées dans des sacs plastique ou sacs poubelle légers à l’intérieur des sacs et sacoches. Nous avions aussi de grands sacs poubelle très résistants pour emballer les sacs fixés au-dessus des sacoches en cas de pluie forte. Ils nous ont servis 2 fois. Ils permettaient de protéger aussi partiellement les sacoches.

Voir le précédent   Voir la suite  

Voir le départ de la randonnée

L'hébergement et les repas pendant notre rando à vélo Flandres - Pyrénées

L’hébergement au cours de la randonnée Flandres - Pyrénées 2010

Pour les nuits, nous étions autonomes, avec notre tente, nos matelas et nos duvets, mais nous avons réalisé un 50-50 parfait : nous avons planté 11 fois la tente, et avons passé 11 nuits dans un vrai lit, y compris celui qui nous attendait à l’arrivée. 8 fois dans la famille ou chez des amis (que nous remercions tous) et 3 fois en chambre d’hôtes.

Camping : Au nord de Paris, il n’y en a vraiment pas beaucoup. Il est prudent de les repérer et de vérifier s’ils sont ouverts, même s’ils sont référencés sur internet. Au sud de Paris, aucun problème, pas besoin de réserver, on accueille toujours les cyclotouristes et les randonneurs.
S’il fait chaud, repérez les campings avec piscine.
Pour les coûts, pour 2 personnes et 1 tente, les prix varient de 8 à 20 euros. En général, comptez 12 à 15 euros (juillet 2010). Les prix sont plus élevés s’il y a une piscine. Ils sont surement plus élevés sur les lieux plus touristiques que dans les campagnes que nous avons traversées.

Camping sauvage : C’est souvent interdit, et c’est toujours un peu craintif, surtout si l’on est peu nombreux. On peut cependant penser à camper en dehors des campings, en repérant une prairie et en demandant gentiment l’autorisation au propriétaire présumé, et en précisant bien que ce n’est que pour une nuit. Il va de soi, que vous repartirez sans laisser de traces, en emportant  vos sacs poubelles. Il est probable que vous pourrez utiliser un robinet pour recharger vos bouteilles…. Mais pas de douche et pas de WC.
Nous l’avons fait pendant un weekend, mais pas pendant le séjour de trois semaines. La chaleur du moment nous incitait à trouver des campings avec, tous les bienfaits de la douche et du bloc sanitaire.

Chambres d’hôte : Nous les avions réservées deux mois à l’avance. Attention, si vous voulez démarrer tôt le matin, ce n’est pas toujours compatible avec l’horaire du service des petits-déjeuners. Attention, peu de tables d’hôte, renseignez-vous sur les restaurants aux alentours avant de choisir une étape.

Les repas au cours de la randonnée Flandres - Pyrénées 2010

22 petits déjeuners : 11 devant la tente, 11 préparés par nos amis, familles et hôtes
22 déjeuners : 18 pique-niques, 1 restau (après la bonne averse du parcours), 3 dans la famille (aux étapes de repos)
22 diners : 7 pique-niques, 5 restaus, 1 table d’hôtes, 9 invitations chez nos proches

Conseil : Acheter au jour le jour pour ne pas charger les sacoches inutilement. Attention, dans les villages et toutes petites villes, il n’y a aucun commerce. Attention aux fermetures des magasins entre midi et 14h. Le dimanche et le lundi, c’est aléatoire. Une seule règle, c’est fermé le dimanche après-midi, mais rien n’est garanti pour le dimanche matin et pour le lundi.
Si vous allez au restaurant, il y a moins de problèmes. De plus, au sud de la Loire, dans certains villages, le midi, on trouve des formules appétissantes à 11 ou 12 euros !

Voir le précédent   Voir la suite   Voir le départ de la randonnée

Eloge de la sieste !

Eloge de la sieste !

Ha ! la sieste ! … En vacances, la sieste, c’est important, surtout quand il fait chaud, très chaud. Notez que la première sieste a été faite dans la Somme, au bord du canal … de la Somme ! En somme, un petit somme dans la Somme, même si nous n’étions pas chargés comme des bêtes de somme, cela ne s’invente pas !

La sieste n’est pas à confondre avec le sommeil réparateur de la nuit. Somme toute, la nuit, même sous la tente, nous avons dormi comme des loirs, surtout le long de la Loire, dans le Loiret, ou le Loir-et-Cher.

Si vous préparez planning de randonnée, pensez-y !

Voir le précédent   Voir la suite   Voir le départ de la randonnée

La sieste.JPG

25/06/2010

Randonnée à vélo : le matériel

La liste du matériel : le poids, c’est l’ennemi, mais il en faut un minimum

La liste du matériel est téléchargeable en format excel pour l'adapter à vos propes besoins ou en PDF. Si vous n'arrivez pa à télécharger ou à lire la liste, adressez-nous un commentaire !

Télécharger la liste du matériel tableau excel

Télécharger la liste du matériel pdf

Nous avons classé les objets à emporter en 2 tas : «

indispensable », « utile, mais on peut s’en passer ». Tout ce qui n’est pas cité est à laisser à la maison ! Ces deux rubriques résultent de notre expérience personnelle : c’est en France, en été, avec 2 adultes, en formule camping et logement en « dur », pour trois semaines. Dans notre cas, on s’est dit que nous pouvions toujours acheter en route quelque chose que nous aurions oublié.

C’est à adapter selon vos propres besoins, le pays, le climat, la saison, le type de logement, le budget, les enfants, les passions, le volume et le nombre de sacoches et sacs. A vélo, c’est comme en voiture, le « coffre » est toujours plein. Si vous avez des sacoches à l’avant, elles seront pleines (et donc lourdes). Si ce n’est pas indispensable, n’en prenez pas !

Si vous avez des amis sur le parcours, vous pouvez aussi vous délester d’affaires que vous jugez superflues, ou qui ne vous servirons plus sur la suite de votre parcours (ou inversement) … pensez-y !

Pour le vélo de Riton.
A l’arrière : une sacoche triple (2 latérales et un horizontale) d’un seul tenant, AGU Ventura 140 / 54 litres / 1,575 kg, et un sac à dos posé au-dessus des sacoches.
A l’avant : sacoche de guidon servant pour les affaires précieuses et de « sac à main », porte-carte

Pour le vélo de Gabbie
A l’arrière : deux sacoches latérales souples, AGU Ventura 150 / 26 litres les 2 / 1,680Kg les 2 / Dim 34 x 30 x 18 cm, et un sac sur le porte bagage
A l’avant : sacoche de guidon servant pour les affaires précieuses et de « sac à mains »

RIEN SUR LE DOS, par la chaleur, c’est beaucoup plus confortable, et on voit bien nos gilets fluo jaunes !

Si option camping :
« Indispensables »
Tente ultra light Pro 2 places.JPG- 1 tente pour 2 ultra-light pro de chez décathlon 1,9 kgs. C’est petit mais suffisant, avec les sacs et sacoches posées dans l’abside (l’avant-tente) sur les grands sacs poubelles
- 1 duvet par personne (1 pour 2 plus dans la partie sud du périple)
- 1 matelas autogonflant par personne
- 1 drap-housse en intissé (très léger)

Equipement Vélo
« Indispensables »
- 1 vélo en bon état et adapté à la morphologie : faites le réviser si nécessaire, huilez, vérifiez les freins et les dérailleurs, l’éclairage, la résistance des porte-bagages, le confort de la selle, le cadenas, changez les pneus s’ils sont usés (vous allez faire beaucoup de kms)
ou 1 tandem
- Par vélo : 1 couvre-selle avec gel, sonnette, cadenas, 2 sandows, 1 porte-bidon et son bidon ou gourde ou bouteille plastique rigide, 1 câble de frein AR (embout à vérifier)
« utile, mais on peut s’en passer »
1 boussole de guidon, rétroviseur (on n’en avait pas, mais on envisage pour la prochaine fois pour LE vélo qui est souvent devant). Tout le reste peut être demandé et prêté, ou même acheté sur la route.

Pour le dépannage vélo
« Indispensables »
1 chambre à air par vélo (mais on n’a jamais crevé), 1 pompe pour le groupe, colle et rustines, clés pour démonter chaque type de roue, démonte-pneus.

« Utile, mais on peut s’en passer »
Des clés diverses et variées, tournevis, dérive-chaine, maillon rapide, chiffon

Pour les repas
« Indispensables »
- 1 buta + 1 recharge + 1 gamelle alu + 1 couvercle + 1 manche + 1 briquet + 2 bols plastique + 1 assiette + 2 petites cuillères + 1 couteau opinel + 2 fourchettes + 1 bouteille plastique rigide (Badoit, Quezac …) pour une réserve d’eau et pour le camping.
- 1 lavette/éponge, 1 flacon de produit vaisselle, 1 torchon

- les produits pour le petit déj (café, chicorée, thé ou tisane), le pot de confiture (ou la boite plastique moins lourde), les fruits secs ou barres de céréales

- le reste de l’alimentation est acheté jour par jour (attention aux fermetures des magasins le dimanche et le lundi, attention aux produits qui s‘abiment à la chaleur ou avec les secousses).

 « Utile, mais on peut s’en passer »
1 ouvre-boite (jamais servi) + 1 tire-bouchon (jamais servi)
A vous d’éliminer les choses qui deviennent inutiles si vous manger au resto.
- La découverte des vacances : la couverture pique-nique (1 face étanche, 1 face coton), 2 m x 2 m environ, légère … pour le pique-nique, la sieste, la lecture, le rangement des vélos dans l’herbe mouillée, le déballage des affaires de camping par temps humide. Pour le pique-nique, fini les bébêtes qui piquent, les herbes qui grattent, les fesses mouillées !
è Nous, nous ne pouvons plus nous en passer.

Habillement
« Indispensable »
- Pour rouler plusieurs jours : 2 cuissards cyclistes portés « à cru » + 2 T-shirts fibre technique, à laver soigneusement et alterner chaque jour, 1 Sweat-shirt ou 1 pull léger, 1 casque, 1 paire de gants, 1 Kway ou blouson ou ciré, 2 paires de chaussettes, 1 paire de chaussures adaptée aux pédales, 1 gilet de protection fluo jaune
- Pour le reste des activités : 1 bermuda, ou mieux (1 bermuda + rallonges jambes qui fait office de pantalon pour être élégant), 1 ceinture, 1 polo ou 1 t-shirt coton ou 1 chemisette ou 1 chemise, 1 paire de sandalettes ou chaussure détente légère, 2 slips, mouchoirs, maillot de bain, casquette ou bob
« Utile, mais on peut s’en passer »
1 pyjama, 1 t-shirt à manches longues pour se protéger en cas de coups de soleil, 1 pull plus chaud ou petite polaire, cuissard synthétique ou pantalon léger pour le froid du soir.

Hygiène
« Indispensable » Homme
- Gant de toilette, 1 serviette nid d’abeille ou synthétique (usage toilette et baignade) à faire sécher sur le vélo en roulant, gel douche, shampoing, peigne, brosse à dents, dentifrice, crème solaire protectrice et apaisante, PQ.
1 trousse des premiers secours (au mini : pansements, désinfectants, ciseaux, pince à épiler, couverture de survie, et plus si affinités … anti-venin …)
- un peu de produit spécial lessive à la main
« Utile, mais on peut s’en passer » mais c’est une vision plus personnelle.
- Tous les soins personnels spécifiques notamment le matériel de rasage, entretien des ongles, des pieds, médicaments curatifs ou préventifs, tongues de douche, déodorant …

Petites affaires à ranger dans la sacoche de guidon (ou dans un petit endroit étanche et facile à retrouver dans les sacoches):
« Indispensable »
- Papiers d’identités selon les pays (Carte Nationale d’Identité, passeport, permis de conduire), moyens de paiement (CD, chèque, liquide, traveller’s chèques, devises …), cartes de fidélité (décathlon, super-hyper marchés), carte vitale, carte européenne d’assurance maladie, clés de cadenas, clés de maison, de voiture, code d’accès à vos messagerie, numéros de téléphone de vos contacts, cartes routières et/ou GPS, adresses et plans de vos points de passage, billets / horaires / réservations électroniques de transport pour le retour ou la suite du voyage, guide de voyage
- appareil de photo ou caméscope, piles, chargeur, câbles, pied, objectifs, flash, housse, cartes mémoire, cassettes, mode d’emploi, pellicule (si c’est encore d’actualité) ….
- téléphone, portable, ipode, i phone, + tous les accessoires …
- USB Key dites Clés USB pour sécuriser vos photos en cours de trajet …
- lunettes de soleil, étui, lunettes de vue de près, de loin, … ou vos lentilles et accessoires …
« Utile, mais on peut s’en passer » mais c’est une vision plus personnelle.
Tout ce que vous n’aurez pas mis dans la liste précédente

Divers
« Indispensable »
- 1 lampe de poche (rechargeable)
- sacs plastique légers récupérés pour les ordures
- sacs poubelle (grand format 100 litres)
- sac à provision
   à mettre en boule pour transporter ... les provisions avant de les ranger dans les sacoches
- 1 corde à linge + pinces à linge

« Utile, mais on peut s’en passer »
rien

Loisirs
« Indispensable »
- 1 bic, 1 fluo pour tracer l’itinéraire sur la carte papier, quelques feuilles de papier ou un bloc notre pour le journal de bord (si vous le faites, c’est à remplir tous les jours, 2 jours maxi (au-delà, on oublie trop de choses …)
« Utile, mais on peut s’en passer »
- 1 livre (pas trop lourd, ni trop fragile) par personne è pas trop d’ambition de lecture si vous êtes en camping, il y a beaucoup de petites choses à faire matin et soir, et on se couche avec le soleil !
- 1 Jeu de dés, de cartes, ou jeux de voyages légers et peu encombrants, surtout s’il y a des enfants

Et encore …
« Utile, mais on peut s’en passer »
Tout le reste peut être demandé et prêté, ou même acheté sur la route. Et puis, il faut qu’il reste un peu d’imprévu, un peu d’aventure.

En synthèse

« Indispensable »
- Constituez votre propre liste des « indispensables », et des « utiles mais on peut s’en passer », si possible 2 mois avant le départ.
- Faites une répétition en grandeur réelle, sur des distances équivalentes à vos ambitions ou prévisions
Nous avons fait deux week-end, le premier deux mois avant le départ, le deuxième un mois avant le départ, chacun faisant 160 kms (80 par jour en moyenne) pour un voyage prévu avec des étapes de 50 à 70 kms avec  une moyenne à 65 kms.
De chaque week-end, nous avons tiré des enseignements pratiques. Cela constitue également un bon entrainement que vous pouvez partager avec des amis ou familles qui ne partiront pas avec vous pour la grande randonnée, mais pourront ainsi mieux vivre votre périple en harmonie avec vous.

14/06/2010

L'itinéraire de la rando Flandres - Pyrénées

Gabrielle.jpgHenri.jpgVoici les grandes lignes de la randonnée.
Jusque dans le Périgord, les étapes sont précises, car nous avons repéré les lieux pour le soir, et nous avons des rendez-vous et des réservations. Cependant, les itinéraires ne sont pas contractuels. Ensuite, ce sera en toute liberté. Il faudra s'adapter au relief, au climat, à notre condition physique, et à notre expérience.

En cliquant sur chaque mot "Tronçon", vous aurez la carte de Google, et pourrez imaginer où nous sommes (zoom, déplacement sur la carte, en format plan ou vue).

Tronçon 1 : 262 kms
   Mouvaux (59 Nord bien sûr) - Lille - Boiry-Notre-Dame (62 Pas de Calais)) entre Arras et Douai
   Boiry - Voyennes (80 Somme) près de Ham
   Voyennes - Pierrefonds (60 Oise)
   Pierrefonds - Bussy St Georges (77 Seine et Marne)

Tronçon 2 : 226 kms
   Bussy St Georges (77 Seine et Marne) - Milly-la-Fôret (91 Essonne)
   Milly - Arbouville (28 Eure et Loir) près RN 20
   Arbouville - Orléans - St Ay (45 Loiret)
   St Ay - Francillon (41 Loir et Cher) près de Blois

Tronçon 3 : 345 kms
   Francillon - Nouans les Fontaines (37 Indre et Loire) - Ecueillé (36 Indre)
   Ecueillé- Le Blanc (36 Indre)
   Le Blanc - Peyrat de Bellac (87 Haute Vienne)
   Peyrat de Bellac - Videix (87 Haute Vienne)
   Videix - Cherval (24 Dordogne) au Nord-ouest de Périgueux

Tronçon 4 : 55 kms

  Cherval - Savignac les Eglises (A l'Est / Nord-Est de Périgueux)

Tronçon 5 : 334 kms
   Savignac les Eglises - Limeuil (24 Dordogne)
   Limeuil - Villeneuve sur Lot (47 Lot et Garonne)
   Villeneuve sur Lot - Castéra-Verduzan (32 Gers)
   Castéra-Verduzan - Miélan (32 Gers)
   Miélan - Barbazan-Debat (65 Hautes Pyrénées) près de Tarbes ... Points finaux

Soit un total de 1222 kms, 1300 kms avec les détours, les courses, les hésitations.

Bonne route en pensée avec nous

Le bonus : Barbazan-Debat (65) - Ste Marie de Campan (65) AR pour voir le tour de France : 60 kms

 

30/01/2010

Préparation du matériel

Il faut préparer le matériel, à commencerpar la liste du matériel

Par personne :

1 vélo, des sacoches. Pour Gabrielle, c'est son ancien vélo qui est retenu, pour moi, Henri, c'est un nouveau vélo, un VTC qui a été choisi en février, et testé la première fois sur la neige.

DSCF0201.JPGSituation début avril : les plus gros achats sont faits.

- la tente ultralight PRO 2 personnes chez Decathlon. Poids 1,9 kg. Le montage a été testé à Ambleteuse.
- les sacoches : 2 indépendantes + 1 de guidon pour Henri, 1 triple pour Gabrielle
- Cuissards, les mêmes chaussures de vélo noires pour nous 2, les mêmes gants noirs pour nous 2