Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/05/2017

Marathon d'ANNECY en duo

marathon annecy kénien

Annecy, marathon

Marathon d'Annecy - 30 avril 2017

Le plus beau cadre pour un marathon.

Date : dimanche 30 avril 2016 – Départ 8h30 pour le marathon et marathon en duo, 14h30 pour le semi-marathon.
 
Parcours : Aller le long de la rive ouest du lac, petite  boucle au sud du lac via le village de Doussard, et retour par le même chemin. Magnifiques vues sur Annecy, sur le lac, et sur les montagnes aux alentours. Malgré le site montagnard, le parcours est pratiquement plat, car jamais loin du rivage. L'aller et retour sur le parcours permet de croiser Kénians.
 
Nombre de participants : 3000 au marathon, et 250 équipes en duo. 3700 au semi-marathon.
 
Organisation générale : Très bien organisé, avec des bénévoles efficaces, disponibles et agréables.
 
Annecy, marathon, carLe marathon en duo : En duo, le premier relayeur passe l'arche de la mi-course, et transmet le dossard à son duo qui effectue le reste de la course. On bénéficie d'une ambiance marathon sans courir les 42,195 kms. Les 2ème coureurs partent en car à la mi-course. Les premiers coureurs repartent en car vers Annecy à mesure qu'ils sont plein.
Cette formule en duo est une occasion de s'acclimater ou de se tester dans des courses longues durées.

Ravitaillements : Liquides et solides (bananes, oranges, raisins secs)

Lièvres : oui

Chrono : Par puce individuelle

Marathon AnnecyLa ville et la région : Méritent le voyage. Annecy est concentré, et vous êtes à côté de tout à pied. Pour aller plus loin, louez un vélo.
 
Les accès : Accès par route possible, mais surtout train, ou avion via Genève + navette.
 
L’hôtel : Campanile en centre ville. C'est un ancien hôtel refait à neuf situé en centre ville, près de la gare, à 15/20 minutes à pied du retrait des dossards, et du départ / arrivée. A quelques minutes à pied de la vieille ville, du lac, des restaurants.

Le public : Assez nombreux et il encourage !
 
Les accompagnants : Voyez vos champions au départ et à l'arrivée à marathon annecyAnnecy. Entre les deux, patientez dans un cadre divin. Louez aussi un vélo pour accédez à des points intermédiaires par la route (la piste cyclable est évidemment interdite en même temps que les coureurs).
 
Notre temps : 3h51 à la puce. L'aller par ma fille, le retour par mes soins.

Mes impressions : c'est un marathon que je qualifierai d'intimiste. Nombre limité de coureurs, mais la piste cyclable donne de la densité à la course. Beauté sans limite, à couper le souffle ! (Pour une course, l'expression est mal choisie, mais c'est vrai ...). Très bien organisé, public enthousiaste ! A conseiller ! A faire et refaire ! Le lundi qui suit, il faut redescendre de son petit nuage. L'édition 2017 a été placée sous le signe du soleil, samedi et dimanche. Alors, c'était l'occasion de flâner l'après-midi et en soirée.

marathon annecy

07/05/2015

Marathon de Madrid - 26 avril 2015

Madrid, Cibeles, marathon Le plus rock'n roll et le plus pluvieux

Le premier à 60 ans

Marathon, Madrid
Les premiers kms

Date : dimanche 26 avril 2015 – Départ 9h00 simultané avec le semi-marathon (13,5 kms en commun). Départ à 8h30 pour le 10 kms.
 
Parcours : En boucle, avec de jolis coins de Madrid, et des passages verdoyants. Départ de Plaza de Cibeles (on patiente dans le magnifique Paseo del Prado, devant le musée de même nom). Arrivée au très joli parc du Retiro.
marathon, madridEntre les deux, Paseo de la Castellana aux immeubles représentatifs d'un siècle d'évolution architecturale, le stade Barnabeu, Plaza Castilla avec les tours penchées Kio. Plus loin, Quevedo, Gran Via, Sol, calle Mayor, passage entre le Palais royal et l'Opéra, puis au bas de la Place d'Espagne. Tour du Parc Ouest, boucle dans le Parc Casa de Campo, avec le tour du lac (Lago). Encore quelques kms, et on arrive à la gare Atocha, et puis de nouveau Paseo del Prado, Cibeles, et un dernier petit crochet avant de terminer dans le parc du Retiro.
Attention, parcours plein de dénivelés, et notamment, cela monte sans arrêt entre les kms 33 et 40. Gardez en donc sous le pied pour le dernier quart.
 
Nombre de participants : 12 043 au marathon, 7.346 au milieu, 5.408 dans le 10km en 2015. 90%% des participants sont espagnols, et souvent de Madrid.
Organisation générale : Très bien organisé, sauf les lièvres. Récupération des dossards le vendredi (très fluide) et samedi (bondé) avec stands commerciaux autour du marathon. C'est dans un immense parc, au sud de la ville. Belle et lourde médaille sur le thème Rock n' Roll. Samedi, pasta party ! Pour se rendre sur le départ, prenez le métro, mais prenez de la marge, car vous n'êtes pas tout seul, et il faut faire un assez long trajet à pied : sortie du métro / Aire d'arrivée dans le parc du retiro pour y déposer un sac à retrouver à l'arrivée, et pour un petit wc / Ligne de départ (1 heure environ)
Ravitaillements : Tous les 5 kms : eau. Powerade et gels tous les 5 kms à partir du km 10. Bananes aux 21 et 30 kms.
Lièvres : Théoriquement oui, mais où étaient-ils ? c'est la seule fausse note de l'organisation.
Chrono : Par puce individuelle, temps tous les 5 kms et à mi-course.
La ville : Mérite le voyage. Circulez en métro bus et à pied. Les taxis sont nombreux et abordables.
Transports en commun : Coureur ou accompagnant, prenez pour tout votre séjour, un billet forfaitaire unique pour le métro et les bus. Les organisateurs vous le signalent dans les mails et sur le site. Le métro est très efficace et très propre.Métro, marathon, Madrid
Le jour de la course, c'est utile pour rejoindre le départ, pour rentrer après l'épreuve. C'est indispensable pour les accompagnants pour rejoindre différents endroits du circuit et acclamer vos idoles.
Le public : Assez nombreux, surtout dans les parties urbaines, et qui donne de la voie "Animo Animo" ... Courage !
Les accompagnants : Par le métro, on accède à plein d’endroits du parcours.
Les médias : Evènement couvert par la télévision et la presse espagnole
Le site : http://es.competitor.com/madrid/

Inscription : Sur le site internet, avec des tarifs progressifs au fil des mois.

Les accès : Avion puis accès en ville par transports en commun.

Mon temps : 4h19 en 2015 (60 ans) pour mon 9 ème marathon
Mon récit : J'ai planifié ce marathon 6 mois à l’avance, avec un séjour familial et touristique.  Je me suis bien entrainé pendant 3 mois, à raison de 3 sorties par semaine : fractionné en côte, fractionné, et sortie longue, jusqu'à 25 kms à 10 kms/heure.
J'ai couru les 13,5 premiers kms à côté de ma fille qui réalisait son premier semi-marathon. C'était très sympa. Nous nous sommes alors séparés pour suivre chacun son circuit. Le reste de la course s'est parfaitement bien déroulé, malgré une pluie permanente et parfois importante.
Marathon, MadridMarathon, MadridSur le parcours encouragements en espagnol, et encouragements personnels par Véronique, Gabrielle et Fernando.
Merci aussi à ma famille, à mes petits-enfants, et à Christelle la meilleure d'Europe sur la distance pour les mails chaleureux. Tout cela fait du bien et aide à courir.
Mes impressions : c'est un joli parcours dans une ville riche en architectures, mais aux changements de rythmes fréquents à cause du dénivelé. Très bien organisé, public enthousiaste ! A conseiller pour la ville et l'ambiance, mais avec une bonne préparation pour les côtes !                                     

Marathon, Madrid
Arrivée bien humide

12/10/2014

Semi-marathon de Marchiennes - 12 octobre 2014

 

Marchiennes, course à pied, semi-marathon

Je roule sur l'autoroute. Je me suis levé à 7h. Le soleil se lève à l'horizon. Il est rougeoyant. C'est magnifique. Je me rends à Marchiennes pour courir le semi-marathon - 21 kms. Le départ sera pour 9h20. Une autre course de 10 kms prend son départ 5 minute plus tôt.

Je retrouve un camarade. C'est sympathique de discuter ensemble avant le départ en attendant le coup de feu du départ. Quand les chevaux sont lâchés, certains se lancent rapidement, et d'autres comme moi partent plus tranquillement. Petit à petit la machine chauffe, comme un diesel. A 4 ou 5 kms du départ, les espaces sont plus conséquents et la course s'écoule d'une manière très fluide pour les 800 participants. Le parcours est très rural, et beaucoup de kms s'étirent sur des routes forestières. C'est très agréable.

11 kms pour la première heures, et 51 minutes et quelques pour les 10 dernier kms. Les spécialistes parlent de négative split, car la deuxième moitié de course est plus rapide que la première. C'est souvent ainsi qu'on fait de bon temps, car on en a encore sous le pied lorsque d'autres s'essouflent. Bientôt, je rejoins Marchiennes et passe le porche juste avant la ligne d'arrivée. C'est le premier et sans doute le seul semi-marathon de 2014 pour moi. Je suis ravi.

Plus d'information ? Rendez-vous sur le site de Marchiennes d'où vient la photo.

28/09/2014

Les allumés à Raismes

Raismes, allumés, terrils, course à piedEn ce samedi 27 septembre 2014, peu avant 20 heures, et par une température très douce, nous étions très nombreux à la base de loisirs de Raismes, pour prendre le départ de cette course folle, très justement appelée "la course des allumés". Presque tous les coureurs portent le beau t-shirt jaune pour les hommes, rose pour les femmes, et une lampe frontale allumée.Raismes, allumés, terrils, course à pied

Autrefois organisée tous les 5 ans, cette course de nuit est maintenant annuelle. Tant mieux, car elle vaut le détour. Elle mesure 9 kms, mais peu importe le kilométrage ! Ce qui compte, c'est de prendre le départ, et de parcourir, lampe frontale allumée, le parcours presque entièrement sur chemin et sur les 2 terrils. Ceux-ci sont à gravir tant bien que mal. Le premier est pratiquement gravi à 4 pattes, le 2ème se monte en courant pour les plus doués, et en marchant pour les autres. Ce n'est pas un parcours pour le chrono, car de nombreux passages étroits ou boueux jalonnent le parcours, et créent de véritables bouchons. En réalité, seuls les 3 ou 4 derniers kms se courent à allure normale. Les 2 terrils témoignent du passé minier de la région, et on a une pensée émue pour ces hommes et femmes qui ont marqué de leur sueur et de leur courage cette région.

A l'arrivée, c'est une ambiance chaleureuse qui attend les coureurs et les supporters, avec orchestre et soupe à l'oignons

N'hésitez pas à venir le dimanche pour les nombreuses courses en plein jour, et toute l'année pour de belles promenades dans les bois, et sur les terrils qui dominent le paysage.

En savoir plus ? Je vous mets le lien vers le site de la course à pied.

Sabatier, Raismes, Allumés, Terrils

La photo du chevalet a été prise en hiver 2005 par un jour de beau temps, comme on en a souvent dans le Nord. De cette même journée, deux photos de deux allumés à vélo ! Admirez-les, et admirer le site s'il vous plaît !

chevalet, raismes, alluméschevalet, raismes, allumés

17/09/2014

De l'or en Suisse pour une phénoménale athlète

Christelle, daunay, marathon, médaille, or, zurichSamedi 16 août 2014 à 9h, aux championnats d'Europe à Zurich, les athlètes féminines de la merveilleuse et difficile épreuve du marathon s'élance. Moi, je suis dans mon fauteuil devant la télévision en direct.

Le spectacle va durer 2 heures 3/4. La course pour les plus rapides va durer 2h25 et quelques secondes. Ce sont les quelques secondes qui feront que ces athlètes recevront le bronze, l'argent ou l'or. Pendant ces 2h25 et quelques, c'est une fameuse tranche de sport, et chaque foulée procurait une forte émotion pour nous, spectateurs supporters de la France. Nous avons craint que l'italienne Valeria Straneo passe en tête, ou que la portugaise Jessica Augusto ne recolle au duo de tête.

Pendant toute la course, le suspens régnait, y compris quand les images s'écartaient des deux filles de tête. Ce n'est qu'à 1 kilomètre de l'arrivée, que je commence à être certain que l'or est pour ... la française Christelle Daunay (même si, connaissant un peu ses exploits déjà télévisés à Paris ou à New York, je savais ce qu'elle valait).

Résultat : "Brillante dans les plus grands marathons du monde depuis 2007, Christelle Daunay a décroché, ce samedi, sa première médaille internationale. La plus belle, celle en or, grâce à un nouveau record des championnats en 2h25’14’’. La Française s’est détachée en fin de course, pour devancer de quelques secondes l’Italienne Valeria Straneo (2h25’27’’) et la Portugaise Jessica Augusto (2h25’41’’)."

Christelle, daunay, marathon, médaille, or, zurich, podium

... Cet épilogue est tiré du blog de Christelle dont le lien suit :
http://www.leblogdechristelledaunay.com/FFA-Le-jour-de-gloire_a465.html

Tout le détail de l'avant course, de la course, et du deuxième marathon administratif, journalistique, et médical qui s'amorce une fois la course terminée, est raconté par Christelle dans son blog. C'est passionnant ! J'invite tout le monde à se connecter vers cet article, et surtout le suivant.
http://www.leblogdechristelledaunay.com/Retour-sur-ce-jour-extraordinaire-du-16-aout_a469.html

Bravo Christelle ! Quelle performance ! Quel direct de télévision !

14/11/2013

Semi-marathon de Ploegsteert

Après plusieurs années éloigné de cette course, je me suis retrouvé avec plaisir sur ce parcours de 21,1 kms, à travers les routes de campagnes, et les passages en forêt. Toujours plus de monde sur cette course réputée : 1500 personnes pour le semi-marathon, et 2500 pour le 8,5 kms. Ces deux parcours passent devant le nouveau mémorial de cette partie de Belgique où se sont déroulés de tragiques évènements pendant la 1ère guerre mondiale.

course, semi, marathon, ploegsteert, belgique, souvenirD'après une photo de Louis Vandeskelde ... Lien vers le site
un clic sur la photo pour l'agrandir

Cette année, une petite variante sur le tracé, pour passer devant le tout nouveau centre d'interprétation PLUGSTREET 14-18, inauguré le 9 novembre 2013.

Un temps lumineux, assez froid le matin, et venteux, tel était le cocktail météorologique pour cette 33ème édition. Sans le vent, la pluie ou le froid, cette épreuve ne serait pas vraiment la "course du souvenir". Une bien belle édition encore cette année. Bravo à tous, coureurs, accompagnateurs, et organisateurs. A noter enfin, toujours une bière queue de charrue (ploegsteert) de la brasserie Vanuxeem, cette année, à la cerise.

Lien vers le site de la course

01/09/2012

Le semi-marathon de Lille - dit de la Braderie

Les coureurs devant les Bradeux

course à pied, braderie, lille

Le premier samedi de septembre se déroulent à Lille, les courses de la braderie. Il faut choisir entre le semi-marathon (21,1 kms) et le 10 kms. Le semi part à 9h00 du Boulevard de la Liberté, le 10 kms part à 11h00 du même endroit. Le parcours du semi consiste en 2 boucles, mais chacune étant un peu différente. La seconde passe par le bois de Boulogne avant de revenir dans le centre ville, pour terminer quasiment au pied du beffroi de l'hôtel de ville. Sur plusieurs parties du parcours, nous passons par les rues déjà investies par les vendeurs de la braderie qui n'ont théoriquement pas encore le droit de vendre.

Voilà donc un parcours urbain mais aéré, avec un public relativement présent. Les parcours du semi et du 10 kms sont particulièrement plats et propices aux performances, du moins pour les pros, car pour les milliers d'amateurs, il faut attendre quelques kms pour que le peloton s'étire. Pour gagner, il faut être de bon niveau. En 2012, c'est le kényan CHEBII EZEKIEL qui a couru en 59 min et 5 secondes ! pas mal ? non ?

Pour plus de renseignements, rendez-vous sur le site internet

Après la course, n'hésitez pas à parcourir les différents quartiers de Lille et vous restaurer avec les traditionelles moules-frites.


kénya, course à pied, braderie, lille
La foulée kéniane

course à pied, braderie, lille
Une supportrice devant les cafés

braderie, lille
Un quartier calme de la braderie

braderie, lille
Les bonnes affaires sur le trottoir

05/12/2010

Foulées du coeur à Wasquehal

Comme tous les ans, les foulées du coeur se sont courues à Wasquehal ce dimanche 5 décembre 2010. Peu de participants cette année, car il fallait quitter son lit pour vaincre la pluie et le froid. La pluie faisait place à la neige depuis la nuit. Le sol encore gelé n'était pas propice aux exploits sportifs, mais les participants étaient très motivés. Les organisateurs, comme chaque année, étaient présents à tous les points stratégiques du circuit. 
A l'arrivée, chocolat ou café chaud et gâteau pour se restaurer ! A l'année prochaine, sous des cieux plus rayonnants.

Pendant ce temps, les kayakistes brisaient la glace en pagayant courageusement.

28/11/2010

Tous aux foulées du coeur de Wasquehal

Foulee du Coeur Wasquehal.jpgRobot FAW.gifComme tous les ans, les foulées du coeur vont se courir à Wasquehal le premier dimanche de décembre. Pour 2010, c'est le dimanche 5 décembre. Comme chaque année, la course est organisée pour collecter des denrées non périssables alimentaires au profit de ceux qui ne mangent pas à leur faim : inscription au tarif unique de 3 kgs minimum.

Il y des courses pour les enfants 1 et 2 Km à 11h15 et pour les moins jeunes 5,6 km et 10 kms à 9h45. Pour toutes les 2 courses, départ de la Maison éclusière (voir plan sur le site). Pour plus d'information, voici le site internet du club organisateur : les Foulées Athlétiques de Wasquehal  A dimanche
Photo et robot empruntés au site du club

26/09/2010

Mes semi-marathons et autres 20 kms

 

SEMI-MARATHON DE MARCQ-EN-BAROEUL
Localisation : Métropole de Lille (59 Nord)
Date
: troisième dimanche de septembre (dimanche 17 septembre en 2010) – Départ 9h30
Parcours : Départ de l'Avenue Foch, et arrivée devant la Mairie de Marcq sur la même avenue Foch. Entre les 2, deux boucles essentiellement dans la campagne de Marcq, à la lisière de Bondues, Mouvaux et Wasquehal. Quelques côtes et ponts corsent un peu la difficulté.
Nombre de participants : 1110 arrivés en 2010 
Organisation générale : Très bien organisé. Echauffement collectif devant la Mairie. Idem pour les étirements à l'arrivée. Nombreux lots et jolis lots tirés au sort parmi les présents à la remise des coupes.
Inscription : Pas d'inscription le matin.
Autres courses et activités
Mes participations : 5 ou 6 fois depuis l'an 2000, de 1h40 à 1h55 environ
Mes impressions : Joli parcours ! et il y fait souvent beau !
Mon conseil : Ne restez pas pour le tirage au sort des lots, vous m'enlèveriez une chance de gagner 
 
SEMI-MARATHON DE PLOEGSTEERT
"LA COURSE DU SOUVENIR" de la guerre 14/18
Localisation : En Belgique, entre Armentières (France) et Ypres (Belgique)
Date
: le 11 novembre – Départ 11h20
Parcours : En campagne, avec quelques passages non goudronnés en forêt.
Nombre de participants : 1770 arrivés en 2009 
Organisation générale : Très bien organisé. C'est belge ! Vestiaire, soupe à l'arrivée, une canette e bière Queue de Charrue (ploesteert en flamand) à tous les arrivants. Baraque à frites pour les accompagnants
Inscription : Pas d'inscription le matin.
Autres courses et activités : Info 2010 : 1 km - 4 euros - 10 h / 8 kms - 8,5 euros - 11 h / 21 kms - 9 euros - 11 h 20 
Mes participations : une dizaine de fois deuis 20 ans. Mon record absolu pour un semi, c'est ici, en 1h39 en 2004. Sinon, de 1h40 à 1h55. Dernière édition : 2013 en 1h53.
Mes impressions : Joli parcours ! et il y fait souvent beau ! mais parfois très froid dans la dernière ligne droite de 2 kms, parfois face au vent !
Mon conseil : Arriver très tôt avant le départ, car il n'y a pas de parking, et les voitures se garent sur des kms à la ronde !
 
SEMI-MARATHON DE LILLE
dit de "LA BRADERIE"

Semi Lille 2010.JPG

Localisation : Lille - départ Boulevard de la Liberté, près de la Place Jean-Baptiste Lebas
Date : Le samedi matin de la braderie de Lille (1er week-end de septembre) à 9h00
Parcours : Deux boucles en ville, avec en supplément un tour dans le bois de Boulogne et l'Esplanade.
Nombre de participants : 4400 arrivés en 2010 et idem pour le 10 kms
Organisation générale : Bien organisé. Vestiaire, eau du robinet, fruits secs
Inscription : Pas d'inscription le matin.
Autres courses et activités : Info 2010 : 21kms - 15 euros - 9h00 / 10 km - 11 euros - 11h00 / Baby-marathon 11h10 - gratuit - 1000m
Mes participations : un fois le 5 kms qui n'existe plus. Semi en 2009 - 2010 - 2011 - 2012.
En 2009, avec ma fille qui courait son premier semi-marathon : 2h06. En 2010 : 1h50. En 2011 : 2h25 sous une grosse chaleur et un gros coup de barre dès les premiers kilomètres. En 2012, retour à un temps honorable : 1h56
Mes impressions : Parcours plat, en ville, animé, sur de larges artères. Après les les courses, c'est l'ouverture officielle de la braderie.
Pour le 10 kms, il y a trop de monde au départ pour faire un bon temps, et si on court en plus d'une heure, il faut un peu jouer des coudes avec les bradeux !
Mon conseil : Arriver très tôt avant le départ, et en transport en commun ... c'est la braderie !
 
SEMI-MARATHON DE PHALEMPIN
Localisation : Phalempin, 20 kms au sud de Lille
Date : Vers le 3ème dimanche de juin (2010 : dimanche 20 juin)
Parcours : En campagne, en forêt, avec arrivée et départ à Phalempin
Nombre de participants : 2400 arrivés en 2010
Organisation générale : Bien organisé. 
Inscription : Pas d'inscription le matin. 11 à 13 euros
Autres courses et activités : RAS
Mes participations : deux fois
Mes impressions : Parcours très vert, mais qui peut être épuisant s'il fait chaud. On est en juin
Mon conseil : Il y a de grands parkings pour les voitures, mais un peu en dehors de la ville ... soyez à l'heure !
 
21 kms de MARCHIENNES
Localisation : Marchiennes, 34 kms au sud/sud-est de Lille
Date : Vers le 2ème dimanche 'octobre (2010 : dimanche 10 octobre)
Parcours : En campagne, avec arrivée et départ à Marchiennes
Nombre de participants : 480 arrivés en 2010, et 724 arrivés au 10 kms
Organisation générale : Bien organisé. 
Inscription : Pas d'inscription le matin. 11 à 13 euros
Autres courses et activités : 10 kms et courses enfants
Mes participations : 2 fois. Dernière édition : 2014 en 1h51.
Mes impressions : Parcours agréable, et plat
Mon conseil : RAS
 
20 kms de FLEURBAIX
Localisation : Fleurbaix, 20 kms à l'ouest de Lille
Date : Début mars (2010 : dimanche 7 mars)
Parcours : En campagne, avec arrivée et départ à Fleurbaix. Pour le 21, c'est deux boucles
Nombre de participants : 887arrivés en 2009, et 1381 arrivés au 10 kms
Organisation générale : Bien organisé. 
Inscription : voir le site
Autres courses et activités : 10 kms
Mes participations : 3 fois, dernière édition 2015 : 1h58 en guise de sortie longue pour la préparation du marathon de Madrid
Mes impressions : Parcours plat, un peu monotone, mais beaucoup de supporter dans Fleurbaix
Mon conseil : Arriver à l'heure pour le stationnement
 
20 kms d'OXYG'HEM
 Localisation : Hem, près de Roubaix
Date : Mai (2010 : jeudi 13 mai de l'Ascension)
Parcours : Dans les quartiers d'Hem qui sont aérés. Pour le 20 (21 maintenant), c'est deux boucles
Nombre de participants : 151 arrivés en 2009, et  491 arrivés au 10 kms, 122 pour le 5 kms, 125 pour le 2 kms
Organisation générale : Bien organisé
Le site : http://www.oxyghem.fr/
Autres courses et activités : 10, 5 et 2 kms
Mes participations : 1 fois
Mes impressions : Parcours valonné. La première boucle est rapide, car courue avec le 10kms, puis on se sent un peu seul sur la 2ème boucle.
Mon conseil : venir avec des copains pour ne pas s'ennuyer sur la 2ème boucle du 21 kms
    
20 kms de Maroilles
Localisation : A Maroilles, dans le sud du département du Nord, à 85 kms au sud-est de Lille, à 24 kms au sud-est de Maubeuge
Date : 1er Mai
Parcours : une boucle dans la campagne, avec la sacrée côte de Grand-Fayt, au kilomètre 15
Nombre de participants : 4090 arrivés en 2010 (à peine moins qu'au semi-marathon de Lille)
Organisation générale : Très bien organisé. Le gagnant du tirage au sort gagne sont poids en maroilles, et il y a d'autres lots
Mes participations : 1 fois
Mes impressions : Parcours bucolique, avec du dénivelé, beaucoup de monde en course, et beaucoup de spectateurs dans Maroilles (et ils sont chaleureux).
Mon conseil : venir en famille ou entre amis, et profiter pour visiter le village, et les alentours. C'est la fête au village, et vive la flamiche au maroilles !
    
SEMI-MARATHON de St Denis
La voie royale

DSCF0014.JPG

Localisation : A St Denis, dans le 93
Date : Mi-octobre (dimanche 17 octobre 2010) - Départ 15h
Parcours : 2 boucles urbaines avec passage devant la Basilique de St Denis, dans le Stade de France, et arrivée sur une belle piste au bord du Stade de France
Nombre de participants : 890 arrivés en 2010, 857 pour le 10 kms et 235 pour le 5 kms
Organisation générale : Rien à dire
Autres courses et activités : 10 kms et 5 kms (réservé aux jeunes et vétérans), et foulées jeunes
 Le site
: http://www.saint-denis-emotion.com/royale.html
Mes participations : 2010
Mes impressions : Parcours très urbain, avec beaucoup de changements de pente, notamment l'entrée et la sortie de stade de France par les sous-sols. Quelques orchestres bien sympas, avec des percussions. Des encouragements par les accompagnants qui ont un ticket pour rentrer dans une tribune du SdF.
Il faisait glacial en ce dimanche de 2010. Comme disait mon camarade Fréd, ce n'est pas la VOIE ROYALE, mais la GELEE ROYALE
Mon conseil : Utiliser les transports en commun.
 
DSCF0028.JPG
    

17/09/2010

Les marathons

Dans cette rubrique, vous trouverez quelques descriptions de courses à pied, à commencer par les marathons que j'ai courus entre 2001 et 2007, Paris, Rotterdam, Le Médoc, Amsterdam, New York, et Berlin

Les marathons en fauteuil
 
Je ne peux pas parler de ces courses dans ce blog, car je ne les connais pas. Cependant, dans chaque course, je vois ces coureurs en fauteuil, et je les admire, ce sont de magnifiques athlètes !
Au plus haut niveau, Joël Jeannot le périgourdin a gagné de nombreux marathons. Ce fut le cas lors de mes participations à Paris en 2001 et en 2003. La semaine suivante, en 2003, il gagne aussi le marathon de Londres !

Marathon de Paris

Le premier de tous

Tour Eiffel.jpg Notre Dame de Paris.jpg

Date : mi-avril– Départ 9H
Parcours : Très beau parcours touristique, en boucle. Départ du haut des Champs Elysées près de l'Arc de Triomphe. Trajet vers l'est de Paris, en passant par la Place de la Concorde, le Louvre, la rue de Rivoli, l'Hôtel de Ville, et la Bastille, Bois et Château de Vincennes. Traversée de Paris d'est en ouest, via l'Avenue Daumesnil, la Bastille, puis par les quais de Seine (passage devant l'Ile de la Cité, avec les tours de Notre Dame de Paris, la Tour Eiffel, le Trocadéro), traversée du Bois de Boulogne, et arrivée Avenue Foch, derrière l'Arc de Triomphe.
Nombre de participants : 35000
Organisation générale : Bien organisé, avec sas de départ selon les temps annoncés à l'inscription. Récupération des dossards la veille dans un grand hall d'exposition, avec stands commerciaux autour du marathon. Belle médaille.
Ravitaillements : Tous les 5 kms, eau et solides (fruits secs, bananes, sucre)
Lièvres : Oui
Chrono : Par puce individuelle, temps tous les 5 kms et à mi-course
La ville : mérite le voyage
Le public : Ce n'est pas le meilleur public des grands marathons, mais cela s'améliore progressivement. Essentiellement dans les quartiers de la Bastilles, et le long des quais. Ailleurs, peu présent, et d'une manière générale peu d'encouragements.
Les accompagnants : Possibilité de voir le départ dans le bas des Champs-Elysées, puis de prendre le métro pour changer d'endroit, ou d'aller à pied vers les quais de Seine. Retrouvailles en dehors de l'aire réservée aux coureurs.
Les médias : En direct sur France 2 ou 3 pendant 2h30. Nombreux plans sur le départ, avec la nuée des banderoles individuelles ou collectives des participants
Le site : http://www.parismarathon.com/
Inscription : Sur le site. Inscriptions conseillées en septembre ou octobre pour l'année suivante (clôture le 9 novembre 2009 pour avril 2010) et tarifs dégressifs de 58 à 90 euros selon l'ordre d'arrivée des inscriptions.


Marathon Paris Depart.jpg

 

Mon temps : 3h55 en 2001 (46 ans) pour mon premier marathon, 3h38 en 2003 (48 ans) pour mon 3ème marathon. C'est mon meilleur chrono
Mon récit :
C'est mon premier marathon en 2001. Il s'est bien déroulé, avec des accompagnantes motivées pour m'encourager à plusieurs endroits du parcours. Mon chrono a été meilleur que je pensais (4h). Mon ami Gilles m'accompagnait lui aussi pour son premier marathon, mais nous nous sommes perdus de vue dès le premier ravitaillement. Citation : Seul celui qui a couru un marathon peut porter le nom de MARATHONIEN !
En 2003, en terrain connu, avec une expérience accrue, un organisme physique qui partait de moins loin, l'efficacité a été au rendez-vous. Une deuxième partie quasiment au même temps que la première partie. Entre 2001 et 2003, les sas de départs selon le chrono escompté ont été mis en place, et j'ai pu courir à mon rythme, sans gêne dès le départ.
Mes impressions : c'est un très beau parcours dans une ville prestigieuse, très bien organisé, un peu difficile par ses côtes et faux plats de la deuxième partie. J'aimerais un peu plus d'enthousiasme de la part du public. A conseiller tous !

Marathon Paris Arrivee.jpg

Marathon de Rotterdam

Le grand 8 
Marathon de Rotterdam - Erasmus Bridge.JPG
Date : mi-avril – Départ 12H
Parcours : C’est une espèce de 8, avec une grande, puis une petite boucle. Parcours très roulant, où l’élite contribue aux meilleures performances mondiales (2 h 04’ 48’’ en 2010). Départ du Centre Ville, devant la mairie de Rotterdam (Coolsingel), près du port. Passage sur le très beau pont Erasmus, traversée de quartiers dans le port, retour sur le pont Erasmus. Puis, autre boucle dans une partie plus verte de la ville et retour au Centre Ville.
Nombre de participants : 8000
Organisation générale : Très bien organisé. Vestiaire, douche à 10 minutes du départ. Récupération des dossards la veille dans Marathon Sport Expo, avec stands commerciaux autour du marathon. Belle médaille.
Ravitaillements : Tous les 5 kms, eau, et boisson énergisante, mais pas de solides (c’est dommage !)
Lièvres : Oui
Chrono : Par puce individuelle, temps tous les 5 kms et à mi-course
La ville : mérite la visite
Le public : Hormis New-York, c’est le meilleur public que j’ai rencontré (similaire à Berlin). C’est le plus grand événement sportif des Pays-Bas. En 2002, 2 millions de spectateurs très enthousiastes se massent tout le long du parcours, notamment aux alentours d’Erasmus Bridge, car on y passe 2 fois, et c’est près du départ et de l’arrivée.
Les accompagnants : Possibilité de voir le départ avant le Pont Erasmus, puis de changer de lieu en prenant le métro. L’aire de l’arrivée réservée aux coureurs est très réduite, on peut donc fêter son héros ou héroïne (oui, elle est facile) très rapidement après la distribution des médailles, et avant les vestiaires.
Les médias : Evènement couvert en néerlandais ! Bof pour les Français !
Le site : http://www.marathonrotterdam.nl/
Inscription : Sur le site internet.
Les accès : En voiture, se garer dans les grands parkings bien balisés, à l’extérieur de la ville, avec billet de métro pour le Centre Ville. Par le train, la Gare est à quelques minutes à pied du départ.

Mon temps : 3h52 en 2002 (47 ans) pour mon deuxième marathon, 3h49 en 2006 (51 ans) pour mon 7ème marathon.DSCF0088.JPG
Mon récit :
2002 : Ce deuxième marathon, un an après Paris fait l’objet de rêve d’amélioration du chrono. Mais la grosse chaleur de cette édition, l’a rendu plus difficile. De plus, avec mon ami Gilles arrivé le matin même en train, nous sommes partis dans les derniers. De ce fait, nous avons consommé beaucoup d’énergie à sautiller de droite à gauche (et inversement) pour doubler. Au bout de 20 kms, je me suis calmé, et j’ai laissé partir Gilles que j’ai retrouvé au km 30. A l’arrivée, je n’avais grappillé que 3 minutes par rapport à 2001. Je suis arrivé très fatigué, et je me suis dit : c’est mon dernier marathon. Une heure après, douché, rhabillé, assis devant une bière avec famille et amis, je me demandais déjà avec Gilles, quel serait le marathon que nous choisirions en 2003 !
2006 : Novembre 2005, je reviens de New-York et je veux m’inscrire pour Paris en 2006, avec des collègues. Impossible, les inscriptions sont closes. Je me rabats donc sur Rotterdam dont je n’avais gardé que les bons souvenirs. 5 ans après la précédente édition ! Je n’envisage plus de record, mais de parcourir le marathon entre 3h45 et 4h. Cette fois encore, le soleil est au rendez-vous. Je prends un bon départ. J’ai une feuille de temps qui se révèlera un peu ambitieuse. A partir du fameux mur des 30 Kms, les crampes arrivent. Je marche un peu de temps en temps. Au km 39, encouragé par ma famille, je retrouve du jus pour suivre le meneur d’allure de 4 Heures, et au dernier km, je le double, et arrive en 3h59. Beau souvenir encore de ce marathon avec ma famille HYPER ENCOURAGEANTES et mes amis Etienne et Gonzague.
Mes impressions : c'est un parcours agréable, assez varié, dans une ville animée. Très roulant, très bien organisé, et au public nombreux et enthousiaste ! A conseiller pour tous, et on ne doit pas s’y inscrire 6 mois à l’avance !

Marathon de Rotterdam - 2006.JPG

Marathon du Médoc

Le plus long marathon du monde

Medoc - le Depart.JPG
Photo Fred

Date : un samedi de septembre (après la rentrée des classes) – Départ 9h30 - à jeun de préférence
Parcours : C’est un joli parcours dans une belle région, très vallonnée, au cœur des vignobles et de ses châteaux. Départ et arrivée à Pauillac. Traversée de châteaux prestigieux. Parcours parfois en terre battue ou en graviers. Comme tous les marathons, il mesure 42,195 kms, mais certains coureurs zigzaguent parfois le long de la route, d’où le slogan !
Nombre de participants : limité à 8500
Organisation générale : Très bien organisé. Récupération des dossards la veille. Belle médaille, et une bouteille de Médoc à l’arrivée. Des dizaines de tables de massage à l’arrivée, et le personnel qui va avec (10 minutes de soins, c’est court, mais bien agréable). Course déguisée (obligatoire depuis 2004)
S’inscrire au festin de la veille « mille-pâtes » (1500 personnes sous tente, avec apéritif, et vin à volonté, entrée, plat, fromage et dessert, discours, chants, orchestre, danse) Ne pas oublier de rentrer à l’heure pour le petit déjeuner avant la course.
Ravitaillements : Pendant le parcours, eau pour ceux qui le souhaitent, et vin à volonté. Du solide, et notamment des grillades et des huitres dans les derniers kms. Un buffet pour se ravitailler à l’arrivée.
Lièvres : A quoi cela sert ? Ce n’est un marathon sur lequel on peut battre son record !
Chrono : oui
La ville : petite ville et grande région viticole méritent le voyage. Bordeaux à 50 kms.
Le public : Relativement nombreux, constitué essentiellement des accompagnants venus faire la fête et acclamer et admirer les coureurs dans leur tenue de carnaval
Les accompagnants : Possibilité de voir le départ, la mi-course (assez proche de Pauillac) et l’arrivée le long de la Gironde.
Les médias : Belle plaquette reçue après la course, journaux régionaux
Le site : http://www.marathondumedoc.com
Inscription : Sur le site internet, un an à l’avance conseillé !
Les accès : En voiture, se garer dans Pauillac là où l’on peut. Il y a des cars tous les jours de Bordeaux  vers les communes aux alentours. Accès à Pauillac possible en train.
L’hébergement : A côté des traditionnels hôtels, campings, chambres d’hôtes, familles et amis de la région, il y a une organisation qui regroupe des habitants qui mettent une fois par an, des chambres / salle de bains / Petit déjeuner en location pour cet événement exceptionnel. 

Medoc2.JPG
Photo Fred


Mon temps : 4h13 en 2003 (48 ans) pour mon quatrième marathon, seule fois où j’ai couru 2 marathons la même année
Mon récit : Ce marathon est inscrit au programme pour faire la fête. C’est un événement très couru dans tous les sens du terme. En 2003, il y avait encore un cinquième des participants non déguisés, et c’était notre cas. Nous étions un petit groupe d’amis (7). Nous avons fait honneur au festin de la veille de la course. Nous étions moins bien entrainés que pour les autres marathons à vocation 100% sportive. J’ai bien couru sous le soleil du départ, c’était amusant de voir tous ces gens déguisés. A mi-course, l’averse s’est déclenchée brutalement, et la pluie a duré près de deux heures, jusqu’à l’arrivée. La deuxième partie de la course a donc été dure. Un peu de marche à pied à quelques kms de l’arrivée. Un dernier km la tête haute, derrière un coureur en fauteuil que la foule applaudissait généreusement, et une arrivée suivie de réconfort.
Mes impressions : c'est un joli parcours, difficile, mais on est encouragé. Il ne faut pas y aller pour y faire une performance, mais pour profiter de tous les bienfaits de la région. Organisez vous (très tôt) pour y aller en groupe, avec des accompagnants non coureurs, ils ne s’ennuieront pas. C’est le deuxième marathon de France, avec 20 % d’étrangers de 35 nations.
A FAIRE UNE FOIS DANS SA VIE DE MARATHONIEN
 
  

Medoc.JPG

Photo Fred

Marathon d'Amsterdam

L'olympique 
Amsterdam Arrivee au stade.jpg
 
Date : octobre (dimanche 17 octobre en 2010) – Départ 9h45
Parcours : C’est un joli parcours dans une très jolie ville, avec une longue escapade le long de la rivière Amstel. On parcourt une boucle qui part de la piste du stade des jeux olympiques de 1928 et qui retourne au même endroit. Près du départ et de l’arrivée, on y traverse un joli parc urbain, le Vondelpark, et on passe devant le Rijksmuseum. On longe mais on n’entre pas dans la partie des canaux du centre ville.
Nombre de participants : 4000 en 2004, mais qui grossit à vue d’œil, 7000 en 2009
Organisation générale : Très bien organisé. Récupération des dossards la veille dans un grand hall d'exposition, avec stands commerciaux autour du marathon. Belle médaille.
Ravitaillements : Tous les 5 kms, eau, et solide (fruits)
Lièvres : ?
Chrono : Par puce individuelle, temps tous les 5 kms et à mi-course
La ville : mérite le voyage
Le public : Pas très nombreux car le nombre de participants est « raisonnable », mais il encourage ceux qui peinent (je témoigne). Peu de public non plus le long de l’Amstel
Les accompagnants : Possibilité de voir le départ et l’arrivée aux premières loges dans les gradins couverts du stade. Possibilité de se déplacer vers différentes endroits du parcours
Les médias : Evènement couvert en néerlandais ! Bof pour les Français !
Le site : http:// www.amsterdammarathon.nl/  avec une version française
Inscription : Sur le site internet.
Les accès : En voiture, se garer dans les grands parkings bien balisés aux alentours, ou mieux, accéder en transport en commun.

Amsterdam.jpg


Mon temps : 3h49 en 2004 (49 ans) pour mon cinquième marathon
Mon récit : Ce marathon s’inscrit en fait dans un cycle d’entrainement de mon ami Etienne, un an avant mes 50 ans, occasion pour moi de m’inscrire au célébrissime marathon de New-York. C’est le premier marathon d’Etienne, un test pour lui pour savoir s’il m’accompagnera à NY. Gilles sera cette fois encore de la partie, et de belle manière. Pour ma femme et moi, nous mettons Amsterdam au cœur d’un déplacement de 3 jours aux Pays-Bas (Delft, Leiden, Amsterdam).
Pour la course, je suis très bien entrainé et très ambitieux, battre si possible mon record de 2003, en 3h38. Gilles et moi, prenons un départ assez rapide, car dès la sortie du stade, on peut courir sans gène, sur une large avenue. Au petit déjeuner, Gilles m’avait dit qu’il n’était pas en grande forme, mais très vite, il me distance. Cependant, à l’entrée de l’Amstel, vers les 15 kms, je le rattrape à son grand étonnement. Je tiens le même rythme jusqu’à mi-parcours que j’effectue en un temps de 1h42, temps proche de mon meilleur temps sur semi-marathon. Bien évidemment, je le paye sur la deuxième partie du parcours. A partir de 35 kms, le mur ! Je marche un peu à chaque borne kilométrique, jusqu’à ce qu’un spectateur m’incite à redémarrer ! Je serre les dents sans m’arrêter pour les 2 derniers kms. Dans le stade, pas de sprint, je ralentis encore, mais termine en 3h49. Gilles est arrivé depuis longtemps en 3h18, car lui, il a tenu le rythme, et a explosé son record de 3h38 de 2003.
Mes impressions : c'est un agréable parcours dans une jolie ville. Très roulant, très bien organisé, au public pas très nombreux mais assez enthousiaste ! A conseiller pour tous, et on ne doit pas s’y inscrire 6 mois à l’avance ! L’élite y fait également d’excellentes performances de niveau mondial.

Marathon de New-York

  Le marathon mythique

Manhattan.jpg

Date : Novembre (premier dimanche) – Départ 9h
Parcours : C’est un parcours en ligne qui traverse les 5 districts de New York (Staten Island, Queens, Brooklyn, Bronx et Manhattan). Départ du fabuleux pont suspendu Varrazzano Bridge, arrivée dans Central Park. Beaucoup de larges artères, et plusieurs ponts, dont le Queenboro bridge pour entrer dans Manhattan
Nombre de participants : 35000La veille du marathon de New York.JPG
Organisation générale : Très bien organisé. Récupération des dossards les jours précédents la course dans un grand hall d'exposition, avec stands commerciaux autour du marathon. Belle médaille.
Il est nécessaire de se rendre dans l'aire du départ en bus, 3 heures à l'avance. Il faut respecter les zones de départ attribuées après l'inscription (vous serez refoulés si vous n'avez pas le dossard correspondant à la zone). Au départ, il faut donner un sac pour les vêtements que vous retrouverez à l'arrivée. Tout est organisé, la distribution des sacs marqués, les camions marrons UPS)
La veille, course de l'amitié dans Manhattan, de l'ONU à Central Park. C'est super ! C'est en fait un parcours à faible allure, de 6 kms, que les accompagnants peuvent aussi réaliser. C'est suivi d'un petit déjeuner. C'est l'occasion d'un échange de t-shirts des courses de son pays d'origine.
Ravitaillements : Tous les 5 kms, eau, et solide
Lièvres : ?
Chrono : Par puce individuelle, temps tous les X miles et à mi-course. Le jalonnage du parcours par miles est perturbant, car ce n'est pas le repère de notre culture.
N'allez pas au NYC Marathon pour une performance, vous seriez déçu. Vous serez fatigués par le décalage horaire, par le changement de nourriture, par la très courte nuit, par 3 heures d'attente sur l'aire de départ, par les kilomètres à pied des jours précédents pour visiter la ville, par les quelques kilimètres de la course de l'amitié de la veille, par les joyeuses soirées entre amis ...
La ville : mérite le voyage, voire plusieurs voyages
Le public : Hyper nombreux, enthousiaste, acclamant sans arrêt. Message d'encouragements personnalisé pour ceux qui scotchent leur prénom sur le t-shirt. "Go Henri ..." "Vive la France !"
Les accompagnants : Pas de possibilité de voir le départ, car l'aire d'attente du départ est séparé des autres disctricts par le Verrazzano bridge interdit à toute circulation dès l'aube. Les accompagnants vont en général le long du trajet dans Manhattan, et surtout dans Central Park. Les retrouvailles se font bien après l'arrivée, car la zone d'arrivée est interdite aux non-marathonnien, et est assez étendue.
Les médias : Evènement retransmis en live sur Eurosport (15h heure française)
Le site http://www.ingnycmarathon.org/
Inscription : C'est compliqué. Pour la France, quelques associations ou agences de voyage ont des quotas en nombres limités. Ils vendent des forfaits Avion / Hôtel / Tenue / Droit à l'inscription. Vous payez ou non le droit d'inscription selon que vous courez ou accompagnez. Je suis passé par Thomas Cook qui fournit le plus gros bataillon pour la France. S'y prendre l'été 2011 pour novembre 2012 (en septembre 2010, les pré-inscriptions pour novembre 2011 sont closes). Vous ne pourvez pas passer par une inscription personnelle, même si vous êtes déjà hébergé sur place.
Les accès : Avec Thomas Cook, tout est inclus dans la prestation. On arrive en car 3 heures avant le départ. Autrement dit, la nuit est courte.

Mon temps : 4h34 en 2005 (50 ans) pour mon sixième marathon
Mon récit : Ce marathon, c'est mon cadeau de mes 50 ans. Je suis parti avec mon ami Etienne. Nous avons visité NY City depuis le jeudi. Le samedi, nous avons participé à la mémorable course de l'amitié.
Pendant ces quelques jours, je devais retrouver Anne, amis new-yorkaise, inscrite au marathon. Pour des raisons personnelle, cette rencontre n'a pu être planifiée. Pour se rencontrer, il ne restait que le fruit du hasard. Et ce hasard fit bien les choses, puisque je suis tombé nez à nez avec Anne, une heure avant le départ, sur l'aire du départ.
Par ailleurs, mon entraintement a été amputé d'un mois, pour un problème de pied qui s'est bien terminé. Je suis parti avec un appareil de photo pour couvrir l'événement, et filmer quelques séquences.
Bref, j'ai passé beaucoup de temps, pour couvrir l'événement, et pour bien apprécier les différentes ambiances de la course. Tout cela pour vous dire que la course fut formidable, mais que le chrono le fut moins. Mais qu'importe !
Tout est extraordinaire dans cette course. L'ambiance entre coureurs venus du monde entiers, le sourire de tous les bénévoles, et le soleil qui a rendu l'événement encore plus attractif.
Pendant le parcours, l'émotion vous étreint, au passage devant tous ces habitants de NY qui vous acclament. Elle vous étreint à l'arrivée, quand vous vous dites : "c'est fait" "I did it" comme ils disent là-bas !
Mes impressions : c'est un moment de vie extraordinaire ! A faire une fois dans sa vie de coureur à pied ! C'EST LE MARATHON MYTHIQUE ! Quand vous dites à quelqu'un que vous courez des marathons, la même question arrive : As-tu couru le marathon de New York ?
Ma photo : La photo que vous voyez là, c'est celle que j'ai prise pendant la course, en escaladant le muret de séparation des voies du pont. Je l'ai publiée sur flickr.com, et un jour, elle m'a été demandée pour illustrer wikipédia pour un article sur ... le marathon. Depuis, cette photo a été reprise des dizaines de fois sur des sites parlant du marathon de NY. Elles apparaît aussi quand vous recherchez des images sur google du marathon ou du marathon de New York.

Marathon de New-York 2005.JPG

16/09/2010

Marathon de Berlin

 

 

Le symbolique

Celui de tous les records

 Ampel Mann ampelmann berlin trafic light feu tricolore vert Allemagne
 
Date : dernier dimanche de septembre (dimanche 26 septembre 2010) – Départ 9h00Berlin.JPG
Parcours : Parcours en boucle dans plusieurs quartiers de la ville historique de Berlin, avec départ du parc Tiergarten, près du Reichstag (le Parlement), et arrivée dans la même avenue, après être passé sous la célèbre et mythique porte de Brandeburg (Branderburger Tor) surmontée de son quadrige. Toujours de larges avenues, propices à la performance. Plusieurs records du monde appartiennent à Berlin.
Le samedi soir, marathon en roller !
Nombre de participants : 35000
Organisation générale : Très bien organisé. Récupération des dossards la veille dans un grand hall d'exposition, avec stands commerciaux autour du marathon, très éloigné du départ du marathon. Belle médaille. La veille, acclamez le marathon des rollers, c’est gracieux !
Ravitaillements : Tous les 5 kms, eau, et solide
Lièvres : ?Berlin Check Point.jpg
Chrono : Par puce individuelle, temps tous les 5 kms et à mi-course
La ville : mérite le voyage, c'est la ville symbole de la réunification Est-Ouest
Le public : Très nombreux, sur tout le parcours, et assez enthousiaste !
Les accompagnants : En réalisant peu de kms à pied, possibilité de voir le départ dans le Tiergarten Park, près de la gare, ou près du Reichstag, après quelques kms de course, et à l’arrivée, près de la Porte de Brandeburg. Entre 2, par le métro, on accède à plein d’endroits directement sur le parcours (d’où un public réparti tout au long du parcours).
Les médias : Evènement couvert par la presse mondiale, car on y bat des records mondiaux, et Berlin est inscrit dans le groupe des 5 plus grands marathons du monde avec Londres, New-York, Chicago, et Boston http://worldmarathonmajors.com/ (Paris n’a pas souhaité y participer)
Le site : http://www.real-berlin-marathon.com/events/berlin_maratho...
Inscription : Sur le site internet.
Les accès : Avion puis transports en commun nombreux, et à pied.
Les records mondiaux : Ce jour fut mémorable pour le monde du marathon, car l’éthiopien Heile Gebrselassie y a battu le record du monde du marathon en 2h04’26’’. Il était aussi heureux que moi. Ce record était précédemment détenu par le Kényan Paul Tergat en 2003 à Berlin en 2h04’55’'. (Je note qu'à New York, je courrais avec Paul Tergat, et c'est lui qui a gagné). Gebresselassie a rebattu ce record l’année suivante en 2008, toujours à Berlin, en 2h03’59’’. Le record reste à battre !
En 1998, histoire ancienne, le brésilien Ronaldo da Costa avait battu le record mondial en 2h06’05’’. A ce rythme là, il faudra encore 20 ans, pour passer sous la barre des 2 heures.
Chez les femmes, la japonaise Naoko Takahashi est la première femme à descendre sous les 2h20 (2h19’46’’) en 2001.
Marathon de Berlin - Arrivee.jpg
Mon temps : 4h40 en 2007 (52 ans) pour mon huitième et dernier marathon
Mon récit : Ce marathon planifié un an à l’avance s’est vu compromettre par une hernie discale et sciatique en mars 2007. Pas de course à pied entre mars et août. Reprise de la course à pied en septembre. 5 kms le 1er week-end, puis 10 le 2ème we, puis 15 le 3ème, puis 10 et 10 le 4ème. C’est tout. Je suis parti à Berlin pour visiter la ville en famille du jeudi au lundi. Puisque je pouvais courir 20 kms, une semaine avant, je pensais courir 25 kms et m’arrêter, et ou finir à pied.
En fait, j’au pu courir 30 kms, alterner course lente et marche entre les kms 30 et 40, et terminer en courant. A l’arrivée, j’étais ravi ! Tellement ravi, que j’ai "perdu" plusieurs minutes pour trouver une personne dans la foule pour me faire prendre en photo devant la Branderburger Tor, avant l'arrivée, et m’envoyer la photo sur mon adresse mail. J’ai trouvé une anglaise qui a réalisé une très bonne photo. Véronique et Gabrielle le long du parcours ont été des soutiens sans faille. Gilles, Guy et Etienne n’ont pour finir, pas pu participer.
Mes impressions : c'est un parcours dans une ville riche en architectures. Très roulant, très bien organisé, au public nombreux et enthousiaste ! A conseiller pour tous. Le passage sous la Brandenburger Tor est mythique !
 

Ampel Mann ampelmann berlin trafic light feu tricolore rouge Allemagne